2011
LES 7 BONHEURS DE PENELOPE C. 
Théâtre de rue

Porter “Les 7 bonheurs de Jean de l’âne” au théâtre, c’est faire entendre la parole de Max Rouquette en équilibre entre le corps et l’esprit, quand la philosophie se fait chair. Il y a toujours de l’audace, de la part d’un auteur, à dépeindre d’une manière réaliste les souffrances intimes qui nous animent et cette audace est aussi drôle que bouleversante. Le conte “Les 7 bonheurs de Jean de l’âne” est une métaphore de l’histoire de l’Occitanie et j’ai eu envie de restituer ce texte en 2010 : ne pas le réduire à une histoire vernaculaire mais au contraire lui donner sa dimension universelle.
Où en sont les pays aujourd’hui ? Ils sont souvent sous le joug des plus importants qui d’un côté leur font profiter de la modernité mais d’un autre nivellent toutes spécificités culturelles. Vous avez dit “Mondialisation” ? Ou comment vivre ensemble à l’heure du procès du multiculturalisme ?
J’ai choisi de faire de Jean de l’âne l’allégorie du clandestin, de l’étrange, du migrant: sa langue est celle du souvenir des apatrides, elle raconte les histoires de personnes. Chassés-croisés d’individus sur les traces du Bonheur, j’ai voulu porter le conte au cœur de la cité, à travers l’œil, le regard et l’esprit de chacun quand il perçoit avec sa sensibilité créatrice.
Le cadre est l’élément majeur de la scénographie, il porte l’histoire de Jean de l’âne. Il permet le hors-cadre où se raconte aussi une histoire. Celle qui fait écho à ce que nous vivons en ce moment dans nos sociétés.
“Les 7 bonheurs de Pénélope C.” s’interroge sans faire de morale, le seul but étant de susciter la réflexion, l’émotion et le rire.
Myriam François


Il était une fois, Pénélope C....
Artiste contemporaine de renommée inter nationale, Pénélope Cabucel est invitée par sa ville natale à proposer sa vision artistique du conte de Jean de l’âne. À l’occasion de ce retour aux sources, l’artiste nous entraîne dans les rues de son enfance. Philippe Foulque, chargé de mission aux affaires culturelles et Véronique, assistante bénévole, vont accepter avec plus ou moins d’enthousiasme de se mettre au service de l’Art et de l’histoire de Jean de l’âne. Celle-ci racontée à travers le prisme de la plasticienne et de ses installations amènera tout un chacun à trouver son propre bonheur. Mais un personnage rôde autour de l’événement : Joan, spectateur de ce qui se construit sans lui, va peu à peu prendre part à l’évènement.
Se jouant du cadre et du hors-cadre, les personnages convient le public au plaisir du jeu et les invitent à renouer avec leur espace de vie. Le lieu étant le berceau des histoires de l’homme, celles qu’il y construit, celles dont il se défait, celles dont il rêve.

Il était une fois, Jean de l’âne... Conte de Max Rouquette
Jean de l’âne pourrait vivre très heureux sur ses terres fertiles et abondantes. Il a deux garçons forts et vaillants, deux filles très belles et une femme douce et aimante. Cependant, il lui manque quelque chose pour advenir au bonheur parfait : il n’est pas le cousin du roi. Un jour, ses terres sont dévastées par la chasse du roi cependant Jean de l’âne a l’honneur de recevoir ce dernier chez lui, en ami et cela constitue son premier grand bonheur... Quelque temps plus tard, Le roi fait quérir la femme de son nouvel ami pour soigner ses rhumatismes. Il envoie les fils de Jean de l’âne conquérir la Mongolie intérieure. Il aménage les terres de Jean de l’âne en les rendant accessibles à la modernité. Il donne aux filles de Jean de l’âne le moyen de servir la patrie en remplaçant leur mère, remerciée. Enfin, il le reconnaît comme son frère, alors même que Jean de l’âne seul, ruiné mais heureux n’est plus que l’ombre de lui-même. Le Roi, dans un ultime geste noble, amical et fraternel qui fait qu’il est roi, élève Jean de l’âne au rang de comte et le pare de ses plus vieux atours. C’est ainsi que Jean de l’âne connaît ses 7 bonheurs.








Ecriture – Mise en Scène : Myriam François
Création musicale : Aimé Brees
Scénographie : Lyllie Rouvière
Costumes et accessoires : Valérie l’Hôte
Avec : Aimé Brees, Anouk Germser, Benoit Ramos, Anne Thouzellier



FICHE TECHNIQUE

Spectacle de rue déambulatoire
tout public, sur trois espaces
Durée : 1h20


Prix du spectacle sur demande.














2009
PARADIS, ETC...
Théâtre et musique - Bilingue occitan / français

Ce spectacle a vu le jour en 2008 grâce à la complicité de quatre comédiennes et deux musiciens issus  du spectacle "Les Fenêtres qui parlent de Max Rouquette".
Il y avait l'envie de renouer avec la création collective.

C'est une adaptation théâtrale des textes de Max Rouquette "Vert Paradis" (éditions du Rocher) mêlés à de la poésie occitane : Jean-Marie Petit, Jean-Pierre Tardif, Danielle Julien, Roland Pécout, Aubin Bonnet, Aurélia Lassaque avec en italien "il dio caprone" de Cesare Pavese.

Le plateau est dépouillé : quatre chaises et un décor sonore créé en direct par les musiciens présents sur le plateau. Quatre femmes donnent vie aux personnages de Max Rouquette . Le parcours va de l'enfance à la mort, du singulier à l'universel de l'horreur au sublime. Les poèmes dits ou mis en musique ouvrent le chemin, enveloppent, répondent au récit.  
Ces quatre femmes mordent à pleines dents dans les histoires qu'elles racontent. C'est ainsi que l'on passe du "grand chien roux au regard triste, entraîné par des mains d'enfants dans les ténèbres épaisses d'un figuier..." à celle où  " dans ce mas perdu de la Camargue, chaque mois à la pleine lune une fille venait...", celle du "Dieu bouc" qui entraîne femmes, hommes et animaux dans sa rage folle dévastatrice, ou celle du  "Masot, qui aimait les jeunes filles…" pour finir par le renard dans le bassin.

Le spectacle propose un univers entre enfer et paradis qui ressemble étrangement à celui d'aujourd'hui.



On éprouve un avant-goût du paradis quand on connaît un moment de bonheur. C’était le cas ce dimanche 27 avril à Fozières pour les spectateurs privilégiés de la dernière création d’Art Compagnie, justement intitulée Paradis Et cetera... adaptation sensible et intelligente... les spectateurs se sont laissés enchanter par ces récits tragiques d’une beauté à vous couper le souffle. Car il s’agit d’un spectacle essentiellement féminin, pris en charge par quatre comédiennes dont l’énergie et le bonheur de jouer emportent l’adhésion ...
Deux musiciens, Aimat Brees aux percussions, saxo et clarinette et Pascal Bouquet à la guitare, accompagnent discrètement et en retrait, leurs quatre partenaires, avec une abnégation proportionnelle à leur talent contenu.
ART Compagnie a alterné avec un sens exact du dosage récits et poèmes, français et occitan, passages chantés et joués, scènes en solo ou collectives, tragiques et comiques, tout cela dans un rythme enlevé qui chasse de la salle ce diable qu’est l’ennui. Il faut enfin parler de la mise en scène débordante d’invention, réalisée par Isabelle François. MIDI LIBRE LODEVE


... Myriam François, Angélique Grandgirard, Laure Poudevigne et Anne Thouzellier, avec la complicité musicale de Pascal Bouquet et Aimé Brees, ont tenu en haleine un public ravi de parcourir d’une façon aussi originale une partie de l’œuvre de ce grand poète occitan qu’a été Max Rouquette. MIDI LIBRE BEZIERS





Avec Pascal Bouquet, Aimé Brees, Myriam François, Angélique Grandgirard, Laure Poudevigne , Anne Thouzellier
Musique originale:
Aimé Brees : percussions et clarinette
Pascal Bouquet : guitare
Mise en scène : Isabelle François
Création lumière : Bruno Matalon


FICHE TECHNIQUE


NOIR IMPERATIF
Plateau :  Noir - Idéal 8m x 8m   -  minimum 6 m profondeur x 7m ouverture Boîte noire à l'italienne ou à l'allemande Hauteur sous poutres x 4m minimum
Lumière : 13 PC 1kw,  4 PC 650 w, 11 pars 64 (cp 62), 1 découpe Juliat avec Iris,  gradateurs 24 circuits x 2 kw, 3 pieds projecteur
Plan de feux  sur demande -
Pas de sonorisation
Montage : - 2 services -  plus 1 service jeu + démontage
Personnel technique : 1 régisseur de salle pour l'installation.

Prix du spectacle sur demande.











2007
PASSAPAÏS
Spectacle mobile à bord des trains en région Languedoc-Roussillon

Spectacle créé dans le cadre de l'opération "Trains de Culture"
à l'initiative de la Région Languedoc Roussillon


20 représentations entre avril et mai 2007 à travers la région LR.

Passapaïs
compose des voyages
qui échappent au réel.
Elle pose ses valises de mots
raccroche les wagons des souvenirs
vous invite à prendre place
dans le train des rencontres.
Elle vous pose sur les rails d'une histoire
dans un mélange d'occitan et de français
en prose et en chanson.

Vous allez composter un billet
pour l'imaginaire
gardez-le précieusement
vous pourriez croire que c'était un rêve.






Spectacle imaginé et interprêté par
Angélique GRANDGIRARD

Direction d'acteur Myriam FRANCOIS,
avec le concours de Olivia LATHUILLIERE
Costume Mareike ENGELHARDT


FICHE TECHNIQUE


Spectacle nomade s'adaptant à toutes circonstances... dans un wagon, une file d'attente, au milieu d'une bibliothèque,
au pied d'un arbre… de 45 mns à 1h15






2007
VELOTOKES


C'est quoi l'amour ?
Ca vient d'où ?
C'est passé par où ?

Perchées sur leurs vélos, elles se posent ces mêmes questions et essaient de trouver des solutions. C'est quoi l'amour ? Les femmes les hommes, les femmes ont à prouver, les hommes sont approuvés mais c'est pas l'amour ça ? Rien à prouver tout à trouver remontons le temps, allons voir refaisons l'histoire.
Commençons par Adam et Eve voyons un peu ce qui se passa et si l'histoire c'était pas ça ? L'amour courtois c'est chez nous l'amour de loin aussi, le beau Moyen-Age, la Convivencia, lo Paratge, parlons-en.
Et Shakespeare avec "La Mégère apprivoisée" ? une femme libérée qui ne s'en laisse pas conter...
Un petit tour chez les romantiques, on ne badine pas avec l'amour, ni avec Victor Hugo. Et puis l'amour aujourd'hui en chanson exclusivement, à quoi rêvent les jeunes filles ?

Un jeu clownesque pour parler d'amour, de l'infernale spirale de qui domine ou ne domine pas, parité pas parité ?
Un état des lieux des relations amoureuses depuis le commencement des temps et jusqu'à nos jours.
La musique adoucissant les moeurs : beaucoup de chansons.
L'occitan adoucissant les propos : vous n'y échapperez pas...
Un poco ma non troppo...de l'english aussi et du rire...c'est communicatif, non ?




Spectacle imaginé et interprété par
Myriam FRANCOIS et Anne THOUZELLIER
Bande son originale Yves MASSON
Mise en scène Laura HERTS
Costumes Suan CZEPCZYNSKI


FICHE TECHNIQUE

Spectacle déambulatoire ou pas,
de six interventions de dix minutes
.







2006
LES FENÊTRES QUI PARLENT 2 MAX ROUQUETTE

Une adaptation théâtrale et musicale d'Anne Thouzellier et Myriam François de l'œuvre de Max Rouquette pour les fenêtres et les balcons. Les comédiennes, comédiens, musiciens de ART-Cie deviennent le temps d'une représentation, les habitants du quartier où se déroule le spectacle.



L'histoire
Chaque année, les habitants d'un quartier choisissent un auteur et décident de le faire découvrir à leurs voisins : cette année, Max Rouquette. C'est ainsi que la foule se rassemble sur la place. Arrive tout empêtré dans son tablier, le boucher qui, pour la circonstance, a pris sa guitare. Il sera rejoint par le joueur de pétanque qui joue de la clarinette  et le play-boy du coin, de l'accordéon.
Ce sont eux qui vont mener de fenêtres en balcons le public à la découverte de ces extraits de pièces, de textes, de poèmes. L'occasion pour le public de constater que la fiction part toujours de la réalité et que l'inspiration d'un auteur est souvent nourrie par le quotidien…
Dans ce spectacle tout se mêle : public, acteurs, réalité, fiction, poésie… et la vérité dans tout ça, elle est où ?
On rira toujours du mari cocu, on pleurera sur l'amour impossible, on raillera le méchant. Drames et comédies se succèdent mais la vie continue…
Max Rouquette a bâti son œuvre sur le réel et n'a jamais cessé d'observer pour mieux redonner. ART Cie lui rend hommage et montre le versant plein d'humour de ce personnage.







Avec : Myriam François, Angélique Grandgirard, Laure Poudevigne, Pierre-Luc Scotto, Anne Thouzellier et les musiciens Aimé Brees, Pascal Bouquet et Jean-Philippe Bessière
Musique originale d'Aimé Brees, Pascal Bouquet et Jean-Philippe Bessière
Costumes : Suan Czepcziynski
 








2005
MAISON A VENDRE

"OSTAL PER VENDRE" de Florian Vernet

Polar tragicomicoccitan pour les gens d'ici et d'ailleurs
en quête de jubilation.


Une maison à vendre, des acheteurs potentiels attendent l'arrivée de la personne qui doit faire visiter. Elle arrive enfin mais semble contrariée par la présence d'une locataire un peu trop curieuse…

La visite commence… Surgit comme venue de nulle part la sœur de la propriétaire défunte… Evocation du passée au cours de la visite de la maison… Vu le nombre de visiteurs, on forme trois groupes qui se rendent dans les différentes pièces de la maison : salon, chambre, cave ou cellier… Là se noue le drame… Il faut appeler la police. Arrivée d'un inspecteur américano-occitan qui s'empare de l'affaire et interroge avec zèle les visiteurs flattés de contribuer à l'établissement de la vérité.

L'affaire sera bouclée en deux temps trois mouvements et comme tout finit en chanson même dans la plus sombre des affaires, l'épilogue sera chanté et le public se verra même offrir un verre pour se remettre de ses émotions.

Ce spectacle fait plus que divertir, il déchaîne le rire autant que l'imaginaire, il crée de la complicité et du partage. Il fait du spectateur beaucoup plus qu'un consommateur, c'est là sa véritable modernité.




Adaptation et mise en scène :
Isabelle FRANCOIS
Musique : Bertrand VALEUR
Costumes : Suan CZEPCZYNSKI
Décor : un Artiste invité

Avec : Myriam FRANCOIS, Angélique GRANDGIRARD Pierre-Luc SCOTTO, Anne THOUZELLIER, Mickaël VIGUIER








2009  -  Contes et légendes, visite théâtralisée à Narbonne
2005  -  Ô Mirevin, cave coopérative de Berlou – Festival Musique au cœur du vignoble.
Une conférence sur le vin, son histoire, ses bienfaits, Chansons et musique.
2005  -  Impromptu aux fenêtres pour le festival Les voix de la méditerranée, Lodève
2002  -  Installation de  ART Compagnie à la Villa Olga avec le projet d'accueillir en résidence un auteur 
et présenter sous forme de lectures ou de spectacles l'ensemble de son œuvre.
2002  -  D’enfance d’en face de Adeline Yzac. Assises départementales de la lecture.
2001  -  Qu’est ce qui fait courir Zeus, spectacle de rue     
2000  -  Les contes drolatiques d'Honoré de Balzac, mise en scène Béla Czuppon
1995  -  Lo loto de la familha Savaloté, création collective
1994  -  Marguerite de M. Meyer, mise en scène Bella Czuppon
1993  -  Rabelais dans les cathédrales de Bacchus, mise en scène Béla Czuppon
1992  -  Les fenêtres qui parlent, spectacle de rue, reprise avec des nouvelles histoires
1990  -  Xocoatl de A. Clément, mise en scène Sylvain Corthay
1989  -  Les fenêtres qui parlent, spectacle de rue sur une idée de JP Chabrol pour le Festival de la parole d’Alès
1989  -  Le temps des Égaux de A. Clèment, mise en scène Sylvain Corthay
1986  -  C’est arrivée demain de D. Fo et F. Rame, mise en scène Philippe Goudard




ART Compagnie - 38, avenue Bouisson Bertrand - 34000 Montpellier - Tél. 04 67 65 76 59 - art-cie@wanadoo.fr
Crédits photo : Daniel Guillaume